Jaurès regardant la statue de la Paix

Carmaux

  Nous sommes en 1896, à Londres.  Pour la première fois, Jean Jaurès participe à un congrès de la deuxième International. Pour la première fois, il rencontre les représentants du mouvement ouvrier du monde entier. 

"Un peu d'internationalisme éloigne de la patrie.  Beaucoup d'internationalisme en rapproche".  Chacun connaît cette célèbre phrase de Jaurès.  Chacun connaît l'importance qu'il accord à l'internationalisme.   Mais on ignore trop souvent le rôle que Jaurès a joué dans l'Internationale et, surtout, le rôle que l'internationale a joué dans la vie politique - mieux, dans le destin politique - de Jaurès.

   Le premier combat est celui de la réforme et de la République.  Jaurès, on le sait, n'a jamais accepté de passer par profits et pertes la République parlementaire.   Le débat est relancé au congrès de l'internationale, en 1900, à Paris même.  Jaurès préside les travaux. 

   Le second débat est celui de l'unité des socialistes français.  Nous sommes en 1904, à Amsterdam, pour le Vle congrès de l'Internationale.  Vingt deux nations sont représentées.  La délégation française est diverse et brillante : Guesde, Vaillant, Delory - le maire de Lille - Cachin, Bracke, Briand, Allemane et, bien sur, Jaurès.  Mais Kautsky n'est plus avec Jaurès.  Et Bebel comme Rosa Luxembourg sont contre lui.  Toujours sur la question de la participation, il est mis en minorité.

  Jaurès est battu.  Guesde croit avoir vaincu.  Erreur ! Le congrès avait commencé par un geste symbolique : le Russe Plékhanov et le japonais Katayama main dans la main au moment où la Russie et le Japon se livraient la guerre.  Moment d'intense émotion et de légitime fierté ! Mais le congrès se termine aussi par un geste symbolique qui pèsera sur le socialisme français.  Ce que Plékhanov et Katayama ont fait, comment Guesde et Jaurès pourraient-ils ne pas le faire ? Et, après une lutte sans merci, le congrès se termine par un appel à l'unité.  Guesde et Jaurès main dans la main !  Un appel sera entendu et la S.F.I.0. naîtra quelques mois plus tard !

   

Jaurès et l'Internationale Socialiste

Jaurès, on le sait, n'a jamais accepté de passer par profits et pertes la République parlementaire

Au pays de

JAURÈS | Biographie de Jean Jaurès | Carmaux sous la 3 ème République | Les mines de Carmaux | La création de la Verrerie Ouvrière | L'affaire Dreyfus | Jaurès et l'Internationale Socialiste | Jaurès et la Dépêche | L'Humanité : le point de vue du peuple | L'assassinat de Jaurès

Lou Carbonnier

Suite de l'article