V.O.A

VERRERIE

OUVRIÈRE

D'ALBI

  La grève a duré du 31 juillet au 22 novembre 1895. Dans un premier temps, c'est une grève de solidarité à caractère local et corporatif : le patron, Résséguier, a renvoyé le secrétaire syndical pour son action militante. Son intransigeance, ses exigences transformèrent, dans un deuxième temps, le conflit en une véritable lutte de classe qu'elle entend incarner. Combat redoutable et sans concession car il est mené au nom de principes ; le triomphe ou l'échec de l'un des adversaires est également symbolique. L'enjeu immédiat de l'issue de la grève était l'existence de syndicat, les conditions de réembauchage et de travail des verriers, le rayonnement du socialisme carmausin et l'autorité de Jaurès, député de Carmaux depuis 1893.

  Jaurès appelé a Carmaux par les grévistes dès le premier août, joue un rôle primordial dans l'organisation, le déroulement et le dénouement de la grève.

  Il est à la fois conseiller, stratège, propagandiste, défenseur des verriers. A leur demande il s'installe en permanence à Carmaux, aux moments les plus délicats, les plus décisifs et les plus durs du conflit : les 15 premiers jours d'août et d'octobre. Entre temps il assure la liaison  entre Carmaux Paris pour éviter l'isolement des grévistes. Il contribue à la mobilisation de l'opinion publique, en faisant appel aux députés socialistes, aux démocrates et à la presse internationale et régionale.

  Quand toute possibilité de reprise du travail, sans trahison des principes et sans abandon de la solidarité ouvrière, a échoué, c'est enfin lui qui va s'entremettre entre les verriers de Carmaux, les associations parisiennes : coopératives de consommation, syndicats et groupes socialistes, pour faire aboutir une solution honorable : la création d'une verrerie ouvrière.

  Au nom des verriers carmausins, il débattra des statuts pour sauvegarder leurs droits et obtiendra l'effacement des partis politiques du conseil d'administration.

  Enfin, faisant fi de tout intérêt électoral, il conseillera l'installation de la verrerie à

Albi.


Extrait de :

Rolande TREMPE Historienne

La création de la Verrerie Ouvrière

Quand toute possibilité de reprise du travail, sans trahison des principes et sans abandon de la solidarité ouvrière

Au pays de

JAURÈS | Biographie de Jean Jaurès | Carmaux sous la 3 ème République | Les mines de Carmaux | La création de la Verrerie Ouvrière | L'affaire Dreyfus | Jaurès et l'Internationale Socialiste | Jaurès et la Dépêche | L'Humanité : le point de vue du peuple | L'assassinat de Jaurès

Lou Carbonnier