Lou  Carbounié

Citoyens escoutas pla

So que yeou bous bo cantar

Es une cansou nouvello facho per un carbounié

n'es pas estat bachelier


N'a pas étudiat vingt ans

Coumo fan places de fenhants

N'a pas usat de porte-plumes

Dé papies ni de crayons

Soun tresor et sa fortuno

Es lou cros de cado joun


Y dintro lou matis

Et lou ser ne tornos sourti

Tout esquintat de fatigo

Et couflat de missan air

Pendant trento ans de sa vido

A lou negre per dissert


Et per recompense auras

se as un drolle a fa embaoucha

Lou s'envoyoun d'un a l'autre

En digent cal espera

Podès countar sur nous aoutres

Sans tardar l'embaucharan


Passabou lous messes lous ans

Et n'embauchabou pas l'efant

Lou carbonié se desolo

Et sa femo en mémes temps

En digent qu'aquelo escolo

Que fa tant de mal contents


AI frères l'as pas envoyat

AI frères l'as pas envoyat

Lé disio bé Felipe

Que un joun t'en palngerios

Et qu'aquelo sale clico

Te prendriou pas lou drolle al cros


A Carmoux frères Ritous

crounn les mestrès des carbouns

Eroun elses que commandaboun

Et qui desion als patrons

Abaten la Sociale

Tendren mellou leus paurroux


Per que socialists sios

Te prendron pas lou drolle al cros

Te car estre progressisto

Client del Duc d'Orléans

Estre escrit sur uno listo

Facho pel rei des fenhants


S'al crostibos fa embauchar

Veire lou marquis car anar

A Carmoux es Falgaïreto

A Saint Benezet Toro

A Rosières Bascarets

Et a Blayo es Plumeau


Composée par

Élie Hippolyte Barthélémy

né à Saint Benoît de Carmaux

(1873-1948)




Citoyens, écoutez bien
Ce que je vais vous chanter
C'est une nouvelle chanson écrite par un charbonnier
Qui n'est pas bachelier

Il n'a pas étudié vingt ans
Comme font beaucoup de fainéants
Il n'a pas usé des porte-plumes
Du papier ni de crayons.
Son trésor et sa fortune
c'est la mine tous les jours.

Il y rentre le matin
Et le soir il en ressort
Tout éreinté de fatigue
Et gonflé de mauvais air.
Pendant trente ans de sa vie,
Il a le noir pour dessert.

Et pour récompense aura
S'il a un fils à faire embaucher
Ils se l'enverront de l'un à l'autre
En disant : Il faut espérer,
Tu peux compter sur nous autres
Sans tarder on l'embauchera.

Passent les mois et les ans
Et on n'embauche pas l'enfant.
Le charbonnier se désole
Et sa femme en même temps
En disant que cette école
Qui fait tant de mécontents.

Aux frères tu ne l'as pas envoyé
Aux frères tu ne l'as pas envoyé

Lui disait le Philippe
Qu'un jour tu t'en plaindras
Car cette sale clique
Ne prendra pas ton fils à la mine.

A Carmaux frères et curés
Sont les maîtres du charbon
Ce sont eux qui commandent
Et qui disent aux patrons :
Abattons la sociale,
Nous tiendrons mieux les pauvres

Parce que tu es socialiste
Ils ne prendront pas ton fils à la mine
Il te faut être progressiste,
Client du Duc d'Orléans,
Être inscrit sur la liste
Facho pour le roi des fainéants.

Pour être embauché
Voir le marquis il faut envoyer
Pour Carmaux c'est Falguerettes,
A Saint Benoît Toro
A Rosières Buscayret
Et à Blaye c'est Plumeau.

(Arrière-grand-père de ma femme.

Josy Barthélémy)