Raoul VILLAIN

   Le 31 juillet 1914 Jaurès et des amis dînent  au café du Croissant.

Le dîner s'achève.  Un journaliste, René Dolier, s'approche, montre à Landrieu une photo : - c'est ma petite fille.

- Peut-on voir ? dit Jaurès.

Il se penche sur la photo.

À cet instant précis, le rideau s'écarte brusquement.  Une main, un revolver. Deux coups de feu.  Un cri de femme

- Ils ont tué Jaurès !

Jaurès mourra quelques minutes plus tard. Il n'y a plus d'obstacles à la guerre.

Dehors, le metteur en pages de l'Humanité, Tissier, a vu Villain tirer et tenter de s'enfuir vers la rue de Réaumur. Il l'a rattrapé, l'a assommé d'un coup de canne.  Un policier les a rejoints, s'est emparé de l'assassin.

Villain prétend ne pas parler, puis il se décide :

- Je me nomme Raoul Villain et j'ai vingt-neuf ans, Mon père exerce encore les fonctions de greffier au Tribunal civil de Reims.  Ma mère est, depuis vingt ans, pensionnaire d'un asile d'aliénés.

"Pourquoi j'ai tué Jaurès ? J'ai voulu, dans des circonstances aussi graves que celles que nous traversons, supprimer un ennemi de mon pays.  N'allez pas imaginer que je fais partie d'un groupement politique quelconque.  Je n'appartiens à aucune ligue ni révolutionnaire ni réactionnaire ; j'ai agi de mon propre mouvement".

   L'acte d'accusation, en date du 22 octobre 1915, adopte sans hésitation la thèse du crime solitaire : "L'instruction a établi que l'accusé n'avait pas de complices. Il était seul au moment où il a tiré (... ) il a été démontré qu'il ne fréquentait pas les groupements politiques militants et qu'il n'avait point entretenu de relations avec les agitateurs des partis extrêmes".

  Nous savons que Villain, dans l'organisation parallèle des jeunes Amis de l'Alsace-Lorraine, a fréquenté les Camelots du Roi, Il suffit souvent, à un esprit faible, de rencontrer un esprit fort pour donner un contour à des velléités.


L'assassinat de Jaurès

L'instruction a établi que l'accusé n'avait pas de complices. Il était seul au moment où il a tiré

Au pays de

JAURÈS | Biographie de Jean Jaurès | Carmaux sous la 3 ème République | Les mines de Carmaux | La création de la Verrerie Ouvrière | L'affaire Dreyfus | Jaurès et l'Internationale Socialiste | Jaurès et la Dépêche | L'Humanité : le point de vue du peuple | L'assassinat de Jaurès

Lou Carbonnier

Suite de l'article